Armement: le marché d’occasion

Séminaire - Incentive - Team Building

Armement: le marché d’occasion

7 septembre 2019 Non classé 0

Narendra Modi, ministre des Affaires étrangères, a recommandé à la veille d’assister à la conférence au sommet avec son directeur général Vladimir Poutine à Vladivostok, associant la haute technologie russe et le faible coût de fabrication indien pour développer des armes à moindre coût. Ceci est déjà en cours, avec des accords dignes de plus de 12 milliards de dollars (86 241 millions de roupies) dans le pipeline. En mars, le Stockholm International Tranquility Research Business a désigné la Russie comme le plus important fournisseur de biceps et de triceps de l’Inde de 2014 à 18, représentant 58% des importations de protection de l’Inde. Si aucune annonce majeure en matière de défense n’est prévue pour la visite du Premier ministre Modi mercredi et jeudi, un certain nombre d’engagements dans le cadre de l’initiative «Make in India» pourraient garantir que la Russie conservera sa place au cours des prochaines années. Ces affectations dépassent l’accord supérieur à 5,43 milliards de dollars alloué à plusieurs unités de votre processus de missile S-400 Long Area Collection to Flow, introduit lors du dernier sommet Modi-Poutine d’octobre dernier. En 2015, à la demande personnalisée de Poutine, Modi a consenti à l’achat de 200 hélicoptères d’application Kamov-226T à la pression atmosphérique et à l’armée indiens, sans qu’il soit nécessaire de faire appel à la concurrence. L’entente de 2 milliards de dollars implique la création de 140 Kamov dans Hindustan Aeronautics Ltd, peu après son compagnon de collaboration, Russian Helicopters, et les 60 premiers, entièrement créés. À l’aide de ce type de main, des hélicoptères russes alignent un Kamov-226T «navalisé» de la marine indienne pour 111 «hélicoptères à énergie navale». Après avoir amorti ses installations de création dans les 200 premiers kamovs, European Helis pourrait offrir à la marine un coût considérable, avoisinant les milliards de dollars. New Delhi et Moscou ont autorisé un accord intergouvernemental pour la construction de 750 000 fusils d’assaut européens pour votre armée indienne, pour un coût probable d’environ un milliard de dollars. En mars, Modi a inauguré une entreprise commune indo-européenne à Korwa, autour d’Amethi, qui devrait bientôt commencer à produire des fusils Kalachnikov AK-203. La coentreprise comprend le tableau des installations de fabrication de matériel de fabrication, avec un risque majoritaire de 50,5%; Kalachnikov, avec une participation de 42%, et l’agence d’exportation russe, Rosoboronexport, détenue et exploitée par le statut, ont acheté l’autre 7,5%. En octobre 2018, le dessinateur a accepté l’achat d’un certain nombre de frégates scolaires russes Krivak-III. Les deux premières frégates sont en partie véridiques. Les chantiers navals de Yantar, la Russie et l’Inde paieront environ 1,5 milliard de dollars pour les accomplir. Ils seront équipés de moteurs à turbine à essence ukrainiens Zorya et seront acheminés vers l’Inde. Entre-temps, un contrat juridique sera négocié pour la construction des deux Krivak suivants à Goa Shipyard Ltd. L’Inde exploite actuellement six frégates russes de classe Krivak. Les tout premiers, INS Talwar, Trishul et Tabar, ont été sollicités en 2003-2004. Par la suite, l’INS Teg, Tarkash et Trikand ont été mis en service en 2012-13. Le missile BrahMos, créé conjointement et actuellement par l’Inde et la Russie à Hyderabad, est destiné à l’achat de plusieurs navires de guerre indiens. En décembre dernier, le ministère de la Protection a annoncé que ce BrahMos laisserait les quatre nouvelles frégates Krivak-III sous le bras. La méthode BrahMos de chaque navire, comme le «système de lancement vertical» et les missiles embarqués, coûte Rs 1.250 crores (175 milliards de dollars). Des missiles BrahMos seront également achetés pour les 4 destroyers de l’école de votre marine dans Visakhapatnam et pourront équiper les six frégates Undertaking 17A en dessous de la production. La dépense totale s’élève à environ 2,6 milliards de dollars. En novembre dernier, le ministère de la Protection a déclaré qu’il avait choisi le missile russe Igla-S depuis le «système de protection de l’atmosphère à très courte portée» utilisé par cette armée, sa marine et sa poussée d’oxygène. La société d’exportation russe Rosoboronexport a misé 1,5 milliard de dollars pour la livraison de cinq, 175 missiles Igla-S et 800 lanceurs, ce qui a permis de vaincre les entreprises suédoise Saab et française, MBDA. L’Igla-S VSHORADS, d’une portée de 8 à 10 kilomètres, protégera les membres de l’armée des avions de combat ennemis se glissant avec les défenses de l’IAF. Alors que l’Igla-S est sans aucun doute un processus plus abouti, même avec l’armée russe possédant le 9K333 Verba, il constitue une option raisonnable.